Communiqué de presse d’Ensemble à Gauche Vaud

Élection complémentaire au Conseil d’Etat vaudois

La coalition Ensemble à Gauche Vaud (EàG) prend acte des résultats du 1er tour de l’élection complémentaire au Conseil d’État vaudois. EàG remercie les 5’983 (4.12%) électrices et électeurs du canton pour la confiance et le soutien qu’elles et ils ont apporté à son programme. Ensemble, les listes de la gauche radicale représentent la 3ème force électorale du canton. S’agissant du 2e tour de cette élection, la coalition fera connaître sa position le mardi 19 mars au matin.

EàG a mené une campagne dynamique, en particulier dans la rue et sur les réseaux sociaux, mettant en avant des propositions concrètes tout en soulignant la nécessité de sortir d’un système fondé sur l’exploitation de la très grande majorité de la population, de l’environnement et des ressources naturelles. Lors de cette campagne, EàG a porté les revendications des mouvements sociaux dans lesquels nous sommes investi-e-s au quotidien : grève féministe du 14 juin 2019, grève pour le climat, mouvements contre le racisme et pour la défense des droits des migrant·es, lutte contre les cadeaux fiscaux octroyés aux plus riches (RIE3 | RFFA), mouvement pour la décroissance ou encore soutien à un salaire minimum cantonal de 4’500 francs net par mois. Par-delà les résultats de cette élection, l’urgence sociale et écologique implique de développer ces luttes collectives. EàG et ses trois composantes – Solidarité & Ecologie, Décroissance-Alternatives et solidaritéS Vaud – y contribueront en agissant sur le terrain, sur les lieux de travail et de formation, dans les quartiers et dans la rue. Notre refus de faire une campagne personnalisée est l’expression de cette priorité aux mouvements collectifs.

17 mars 2019 | Elections fédérales / En mouvement / Votations | Aucun commentaire »

15 mars: Mobilisation massive de la jeunesse vaudoise pour changer le système, pas le climat !

Communiqué de presse · Vendredi 15 mars 2019

Vendredi 15 mars 2019, dans des centaines de villes de 114 pays répartis sur les cinq continents, des milliers des jeunes ont fait grève et sont descendu·e·s dans la rue. A Lausanne, cette mobilisation mondiale pour le climat a réuni entre 15’000 et 20’000 personnes ! Ces jeunes revendiquent leur droit à un avenir. Si elles et ils se mobilisent maintenant, c’est parce qu’il nous reste une décennie pour éviter le pire de la catastrophe écologique.

Nous, militant·e·s de solidaritéS, soutenons ce mouvement et ses revendications, parmi lesquelles figurent notamment la neutralité carbone en Suisse d’ici 2030, sans faire recours à des technologies de compensation. La Suisse est effectivement au centre du désastre climatique actuel. Elle détient un tiers du marché mondial du pétrole et deux tiers du marché mondial des métaux. De son côté, la place financière suisse est à l’origine de 2 % des émissions à gaz à effet de serre mondiales. Les investissements directs et de portefeuille des entreprises multinationales ayant leur siège en Suisse sont à l’origine d’émissions dix fois plus importantes que celles de toute la population et de l’industrie domestique. Les multinationales en Suisse participent ainsi de manière significative à la destruction d’écosystèmes partout dans le monde et au réchauffement climatique. L’impact environnemental du capitalisme suisse va de pair avec un coût social exorbitant : des courants d’eau potable pollués, des terres rendues infertiles, le développement de maladies…

La catastrophe écologique n’est pas une fatalité. Elle est la conséquence d’un système économique qui place le profit de quelques grandes entreprises polluantes avant nos vies et avant le futur de la planète. C’est pourquoi solidaritéS soutient les Jeunes qui se mettent en grève. C’est aussi pourquoi nous nous engageons dans le combat référendaire contre la Réforme de la fiscalité et du financement de l’AVS (RFFA). Cette réforme prévoit des cadeaux fiscaux extrêmement importants à ces mêmes entreprises qui contribuent massivement à la destruction de l’écosystème. C’est également une réforme qui vide les caisses publiques alors que nous avons besoin d’investir dans la transition énergétique et des transports.

Fin du monde et fin du mois: même problème, mêmes responsables et même combat !

solidaritéS avec les grévistes pour le climat du monde entier ! Changeons le système, pas le climat !

15 mars 2019 | Agriculture / Eco-logique / En mouvement / Images et paroles / international / RIE3 / Vaud | Aucun commentaire »

Pour un féminisme de lutte, pour toutes, par toutes et tous !

Communiqué du 8 mars : Journée internationale de lutte pour les droits des femmes
Vendredi 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, des milliers de femmes et d’hommes solidaires ont manifesté dans les rues de Suisse et d’ailleurs. À Lausanne, ce ne sont pas moins de 5’000 personnes qui ont exigé une société débarrassée du sexisme et du patriarcat !

À cette occasion, nous avons exigé un espace public libéré des logiques capitalistes et marchandes ainsi que de toute forme d’oppression. Nous avons fait exister les revendications du mouvement pour la grève féministe dans la rue. En effet, ce 8 mars a une importante particulière pour les féministes suisses, puisqu’il marque une étape importante vers la grève du 14 juin 2019.  Il nous donne également l’occasion de réaffirmer notre engagement dans le combat référendaire contre RFFA (Réforme de la Fiscalité et du Financement de l’AVS) , que nous dénonçons comme une politique fiscale injuste et au détriment des classes populaires, dont les femmes sont les premières victimes.

Nous, militantes de solidaritéS et actives dans l’organisation de la grève du 14 juin 2019, applaudissons les grèves féministes de nos camarades de l’Etat espagnol et de Belgique. Enfin, nous souhaitons rappeler que notre féminisme ne saurait être récupéré par des politiques répressives et autoritaires : nous sommes solidaires des travailleuses du sexe, des femmes en situation d’exil, des femmes contraintes à mendier dans l’espace public, des femmes qui font face aux discriminations racistes et islamophobes.

solidaritéS avec toutes les femmes en lutte ! Pour un féminisme des 99% !

8 mars 2019 | Activités / En mouvement / Féminin/masculin / Féminisme / Lausanne / Non classé / Travail / Vaud | Aucun commentaire »

Conférence-débat: Femmes et violences au travail

 

solidaritéS Vaud a le plaisir de vous inviter à une conférence-débat d’Ensemble à Gauche Vaud le mercredi 6 mars 2019, 20h à l’espace Dickens (Dickens 4, Lausanne)

 

Partager l’événement Facebook

Télécharger le flyer d’appel

 

Avec :
Viviane Gonik, Ergonome retraitée de l’Institut universitaire romand de santé au travail
Isabelle Smekens, Syndicaliste et militante féministe
Jean-Michel Dolivo, Avocat et député d’Ensemble à Gauche

 

Présentation:

Il paraît que, dernièrement, la parole des femmes concernant les violences qu’elles subissent s’est « libérée ». Ne serait-ce pas plutôt qu’enfin, on les écoute ? Et si elles sont parfois entendues, leur expérience du sexisme et des discriminations sur leurs lieux de travail n’est-elle pas encore trop souvent occultée ?

Nous assistons à une médiatisation des violences sexistes qui ont pour théâtre la rue, ou plus largement l’espace public. Mais elles s’exercent aussi quotidiennement, constamment, discrètement derrière les portes closes : celle de la maison bien sûr, mais aussi celles de l’usine, du bureau ou encore de la salle de pause.

Lorsqu’il concerne les travailleuses, le harcèlement, même s’il n’est pas sexuel, relève souvent d’une forme de violence sexiste, dont le but est un rappel à l’ordre : malgré la présence de plus en plus importante des femmes dans divers secteurs du travail rémunéré, leur légitimité hors de la sphère domestique demeure un enjeu de lutte.

Le droit suisse du travail, extrêmement libéral, est en outre particulièrement discriminant pour les femmes. De plus, le fardeau de la preuve en cas de harcèlement sexuel, qui repose sur les victimes dans la Loi sur l’égalité (LEg) rend très difficile toute action judiciaire sur cette question. Karine Lempen, professeure de droit à l’Université de Genève, révèle dans une étude que les victimes de harcèlement sexuel au travail ont perdu leur procès dans 80 % des cas entre 2004 et 2015.

Nous organisons cette conférence-débat pour discuter des violences spécifiques auxquelles sont exposées les femmes sur leurs lieux de travail, des enjeux qu’un tel constat soulève ainsi que des moyens concrets de lutte contre ces violences.En 1991, c’est par la grève que les femmes en Suisse ont exigé une loi sur l’égalité. 28 ans plus tard, le 14 juin 2019, les femmes feront grève à nouveau : pour une loi qui s’applique enfin, et pour vivre libres dans une société qui garantit des droits égaux pour toutes !

Venez nombreuses et nombreux !

21 février 2019 | Non classé | Aucun commentaire »

Conférence-débat: Quelle réponse à l’urgence climatique ?

 

solidaritéS Vaud a le plaisir de vous inviter à la prochaine conférence-débat de la coalition Ensemble à Gauche Vaud, mercredi 27 février, 20h au Buffet de la gare de Lausanne.

Avec:
Michaël Löwy, sociologue, philosophe, inspirateur du courant écosocialiste et directeur de recherche au CNRS en France

 

Partager l’événement Facebook

 

Présentation :

L’inspirateur de l’écosocialisme, sociologue et philosophe franco-brésilien Michael Löwy sera en Suisse à Lausanne mercredi 27 et à Genève jeudi 28 février. Ce sera l’occasion de débattre avec lui de la situation (luttes en cours, apports et fausses solutions), de la place de l’écosocialisme dans les luttes sociales et écologiques actuelles, notamment dans les mobilisations pour le climat.

Les dangers du réchauffement climatique sont connus depuis longtemps. De conférences en rapports scientifiques, la crise écologique qui touche le climat, la biodiversité, la forêt… est parfaitement documentée et chiffrée.

Pourtant les émissions de gaz à effets de serre continuent d’augmenter, disqualifiant les gouvernants soucieux de respecter les engagements en faveur des capitalistes. Les déclarations des États, année après année, ne sont que fausses intentions et promesses de pacotille. Et pour cause, agir signifierait s’attaquer au fondement même du système capitaliste, de son exploitation des ressources naturelles, des modes de production et de consommation qu’il impose. La remise en cause radicale pourtant nécessaire ne fait pas partie des missions que se sont fixées les gouvernants. À nous, jeunes, vieux, travailleurEs, précaires, privéEs d’emploi, de nous unir et d’imposer les changements qui sauveront nos vies, la vie.

Le climat se réchauffe. Le climat social aussi. Depuis l’été dernier, des jeunes se mobilisent pour dénoncer l’inaction criminelle dans la lutte contre le réchauffement climatique. La contestation des collégienEs, des étudiantEs, des apprentiEs… gagne différents pays pour exiger des actes, à la place des grandes déclarations creuses inefficaces.

Michael Löwy est sociologue, philosophe marxiste et écosocialiste franco-brésilien. Il a été nommé en 2003 directeur de recherche émérite au CNRS. Auteur d’ouvrages notamment sur Rosa Luxembourg, Marx, Lukács, Che Guevara, Walter Benjamin et Franz Kafka… Il est un théoricien majeur, pionnier de l’écosocialisme. Nous l’avons invité pour aborder cette catastrophe écologique et sociale imminente et les moyens de la conjurer, ainsi que pour nous parler de la nécessaire et urgente alternative au capitalisme: l’écosocialisme.

Venez nombreuses et nombreux !

21 février 2019 | Non classé | Aucun commentaire »

DE LA RUE AU GOUVERNEMENT: APPEL A VOTER ENSEMBLE A GAUCHE LE 17 MARS 2019

Nous vous invitons chaleureusement à rejoindre les 170 premiers·ères signataires de l’appel à voter Ensemble à Gauche au Conseil d’État vaudois du 17 mars 2019!

Cet appel est important pour soutenir la campagne. C’est l’occasion pour chacune et chacun de s’engager pour une campagne écologiste, féministe, antiraciste et solidaire. C’est une façon de manifester notre volonté d’agir collectivement pour la justice fiscale et contre toutes les inégalités.

D’avance, merci pour votre soutien. C’est ensemble que nous sommes fort·e·s!

Jean-Michel Dolivo, avocat, député et candidat au Conseil d’État vaudois

VERS LA LISTE DES SIGNATAIRES
SIGNER L’APPEL

TEXTE DE L’APPEL

L’élection complémentaire au gouvernement vaudois du 17 mars 2019 offre la possibilité aux habitant·tes du canton de soutenir une alternative à gauche, une alternative écologiste, féministe, sociale, solidaire et antiraciste. Cette voix est portée par la coalition Ensemble à Gauche (solidaritéS-Vaud, Décroissance-Alternatives et Solidarité&Ecologie) et son candidat, le député et avocat Jean-Michel Dolivo.

Face à l’accroissement des inégalités sociales ainsi que face à l’épuisement de nos ressources et à notre dépendance mortifère aux énergies fossiles et au nucléaire, Ensemble à Gauche et son candidat s’engagent notamment:

En matière d’égalité femmes-hommes et de lutte contre le sexisme et le patriarcat

  • Pour la mise en place d’une loi contraignante afin d’ancrer dans les faits l’égalité salariale femmes-hommes dans les entreprises;
  • Pour un soutien actif à la grève féministe du 14 juin 2019 de façon à ce que toutes les femmes puissent y participer, sans crainte de représailles et sans perte de salaire;
  • Pour une adaptation du nombre des places proposées dans l’accueil parascolaire et préscolaire aux besoins de toutes les familles dans le canton et contre toute baisse des normes dans l’accueil parascolaire.

En matière d’écologie et de lutte contre le dérèglement climatique et ses conséquences désastreuses

  • Pour la gratuité des transports publics régionaux et la promotion de toutes les formes de mobilité douce;
  • Pour opérer une sortie rapide des énergies fossiles en favorisant la production décentralisée et contrôlée démocratiquement d’énergies renouvelables;
  • Pour la promotion d’une agriculture locale respectueuse de l’environnement et des êtres humains;
  • Pour réorienter la recherche l’éducation et la formation vers la transition écologique en créant des filières dans les domaines de l’alimentation, de l’énergie, de l’habitat, des transports, de l’artisanat et du tourisme de proximité;
  • Pour la création de lieux propices aux échanges sociaux qui renforceront les liens entre les citoyen·ne·s.

En matière de politique de migration et de lutte contre le racisme

  • Pour l’égalité des droits politiques, sociaux et économiques pour les personnes immigrées qui vivent et travaillent dans le canton;
  • Pour la régularisation des sans-papiers et l’arrêt immédiat des renvois Dublin forcés de requérant·e·s d’asile;
  • Pour l’arrêt de toute forme de profilage racial et de violence policière envers les populations non blanches.

En matière de justice sociale et de lutte contre les privilèges fiscaux

  • Pour l’introduction d’un salaire minimum cantonal de 4500 francs net par mois, couplé à une plus forte progressivité de l’impôt sur les hauts revenus;
  • Pour la progressivité de l’impôt sur le bénéfice des entreprises, en fonction des profits accumulés, ainsi que la suppression des exonérations fiscales pour les multinationales;
  • Pour la création d’une caisse maladie cantonale unique et l’octroi automatique des subsides aux ayants droit sur la base de la déclaration d’impôt;
  • Pour la mise en place une politique cantonale du logement avec blocage des loyers dans les communes où sévit la pénurie de logements à loyer abordable.

15 janvier 2019 | Elections fédérales / Grand Conseil / Non classé / Vaud / Votations | Aucun commentaire »

Soutenez solidaritéS Vaud – Faites un don!

Chères et chers ami·e·s et sympathisant·e·s,

Vous êtes toujours plus nombreux·ses à nous suivre et à participer à nos activités. solidaritéS Vaud s’élargit depuis quelques années et joue un rôle non négligeable dans la vie politique de notre canton, tant au sein des mouvements sociaux, des luttes des salarié·e·s ou dans les parlements.

Une présence que nous voulons renforcer encore pour faire face aux défis qui s’annoncent pour 2019 : lutter contre les cadeaux fiscaux aux grandes entreprises (la réforme RFFA), contribuer à l’organisation de la grève féministe du 14 juin, mener une campagne forte pour l’obtention d’un siège au conseil national pour la gauche radicale vaudoise, tout en développant notre engagement dans les mobilisations syndicales, antiracistes, écologistes et internationalistes.

Nous avons également fait l’acquisition d’un nouveau local, sis à la Maison du peuple de Lausanne. De nouvelles infrastructures pour améliorer notre capacité d’organisation et offrir une meilleure visibilité au mouvement.

Pour remplir nos engagements et poursuivre le développement de notre section, nous avons besoin de nouvelles ressources financières. Nous requérons donc votre soutien. solidaritéS ne se finance ni auprès de lobbies ni auprès de riches contributeurs-trices. Ce sont les cotisations et les dons de nos membres et sympathisant·e·s qui garantissent notre indépendance politique.

L’engagement financier est tout aussi important que l’activité militante pour avancer vers une société plus émancipée. Contribution unique ou régulière, tout est possible ! 5 francs, 20, 100, 200, 500, 1000 voire 10 000 francs si le cœur vous en dit !

Nous vous remercions chaleureusement et par avance pour votre soutien et en profitons pour vous souhaiter une belle fin d’année, sous le signe de l’espoir d’un monde meilleur.

Le secrétariat cantonal

 

 

POUR SOUTENIR
SOLIDARITÉS
CCP 17–783321–2
Mention «soutien financier»

 

25 décembre 2018 | Non classé | Aucun commentaire »

De la rue au gouvernement, Ensemble à Gauche présente la candidature de Jean-Michel Dolivo au Conseil d’Etat vaudois

L’élection complémentaire au gouvernement vaudois qui fera suite à la démission du conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard offre la possibilité d’un changement de cap dans la politique du gouvernement cantonal. Pour porter la voix de celles et ceux qui luttent pour une alternative écologiste, sociale et solidaire, féministe et contre toutes les formes de discrimination, Ensemble à Gauche (solidarités Vaud, Décroissance-Alternatives et Solidarité&Ecologie) présente la candidature du député d’EàG Jean-Michel Dolivo. Après sept ans de gouvernance libérale, le temps est venu de donner un cran d’arrêt au creusement des inégalités sociales et de mettre fin sans attendre à notre dépendance aux énergies fossiles et au nucléaire.

Le Conseil d’Etat, à majorité dite de gauche, a orchestré avec la RIE3 une politique fiscale ne visant pas à mieux répartir les richesses, mais au contraire à faire des cadeaux fiscaux à une minorité de très grandes entreprises, de gros actionnaires et de milliardaires. Il a poursuivi une politique budgétaire qui a systématiquement sous-doté le service public, notamment dans la formation, la santé et l’accueil de jour des enfants. Le gouvernement a défendu jusqu’au bout, dans les débats parlementaires, un contre-projet timoré à l’initiative pour le remboursement  des soins dentaires, avant de la soutenir du bout des lèvres en votation. Le Conseil d’Etat mène une politique de renvoi des requérants d’asile déboutés, notamment des mineurs et des familles, contraire aux droits fondamentaux.

Refusant la résignation et la politique du prétendu moindre mal – qui mène toujours au pire – EàG, avec la candidature de Jean-Michel Dolivo, propose un programme de rupture, orienté vers l’écologie et la justice sociale. De la rue au gouvernement, il soutiendra les mobilisations et les revendications des mouvements sociaux, les luttes des salarié-e-s du secteur public et du privé, les collectifs de défense des droits des migrant-e-s ou encore les associations de défenses des locataires. Particulièrement en 2019, les revendications des mouvements féministes et LGBTIQ devront être défendues avec force dans le cadre de la grève féministe du 14 juin 2019. Ainsi nous ferons en sorte que toutes les femmes travaillant dans l’administration cantonale puissent faire la grève le 14 juin prochain, sans retenue de salaire.

Pour faire face à l’urgence écologique, nous agirons sans attendre dans les domaines les plus énergivores : le chauffage des bâtiments, la mobilité et l’agriculture. Notamment en bifurquant vers la production d’énergies renouvelables, décentralisées et gérées démocratiquement, en finançant la gratuité des transports publics dans le canton et en soutenant une agriculture paysanne de proximité, respectueuse de l’environnement et des êtres humains.

Pour remettre l’humain avant les profits, nous nous engageons à rétablir la justice fiscale, notamment par une augmentation forte de la progressivité des taux d’imposition. Nous nous engageons également pour une réduction du temps de travail sans perte de salaire.

Pour combattre les inégalités sociales et garantir à chacune et chacun une vie digne, nous nous battrons pour un salaire minimum à Fr. 4’500.- net par mois. Nous nous engageons également à ce que, si nécessaire, des locaux du canton soient mis à disposition de familles et de mineurs que la Confédération veut renvoyer.

Nous mettrons en place une législation contraignante sur l’égalité salariale, une inversion du fardeau de la preuve en matière d’harcèlement sexuel et des dispositions permettant de simplifier les dépôts de plainte dans les cas de violences sexistes ou sexuelles. Nous nous engageons également pour le développement d’un accueil de jour (crèche et garderies) accessibles à toutes et tous.

Enfin, Ensemble à Gauche est opposé à toute forme d’avantages et à toute pratique de cadeaux pour les élu-e-s, tant dans les exécutifs ou les législatifs, ces avantages et cadeaux étant synonymes d’éventuels retours d’ascenseur

 

–> Vous trouverez les textes des intervenant-e-s de la conférence de presse de ce jour sur ces liens:
Intervention de Jean-Michel Dolivo
Intervention d’Yvan Luccarini
Intervention de Franziska Meinherz
Intervention d’Onurhan Küçük

6 décembre 2018 | Elections fédérales / En mouvement / Grand Conseil / Réforme de l’imposition des entreprises / RIE3 / Vaud / Votations | Aucun commentaire »

Conférence-débat: Souveraineté alimentaire en Suisse et Mercosur en Amérique latine – quel lien?

Mardi 11 septembre 2018
A Pôle Sud
J-J Mercier 3, Lausanne

Avec:
Michelle Zufferey, ethnologue et secrétaire permanente à Uniterre.
Claude Girod, agricultrice et membre de la Confédération paysanne (qui fait partie de la coordination paysanne européenne et de Via Campesina)

Partager l’événement Facebook
Télécharger le flyer

 

TEXTE D’APPEL

La notion de souveraineté alimentaire a été initié et présenté par Via Campesina lors du Sommet de l’alimentation organisé par la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) en 1996. Elle représente le droit de chaque population à définir sa propre politique agricole et alimentaire, sans le faire au détriment d’une autre région. Elle est un outil de lutte contre l’exploitation à la fois de l’environnement et des humains. Elle place les êtres humains au cœur des systèmes alimentaires, qu’il s’agisse des producteur.ice.s, des distributeur.rice.s ou des consommateur.rice.s en revendiquant des systèmes alimentaires locaux, sains et durables tout en garantissant des prix, des salaires et des conditions de travail justes.

Dans ce sens, l’initiative sur la souveraineté alimentaire suisse, soumise à votation le 23 septembre 2018, vise une agriculture qui permette aux personnes actives d’en vivre décemment et à la population d’y avoir accès ; elle demande que la Confédération favorise la création d’emplois dans l’agriculture et veille à l’amélioration des conditions de travail de la profession ; elle favorise la relocalisation de la production et les échanges directs dans une optique durable et démocratique ; et finalement, interdise l’utilisation d’OGM et garantisse le droit à l’utilisation, la multiplication l’échange et la commercialisation de semences par les paysan×ne×s.

Suite à l’échec du cycle de Doha lancé par l’OMC (Organisation mondiale du commerce) en 2001, des accords bilatéraux et multilatéraux de libre-échange se multiplient, tel l’accord entre le Mercosur (Marché commun de plusieurs pays de l’Amérique du Sud) et l’UE (Union européenne). Mais les plus importants industriels suisses de l’exportation essayent de damner le pion à leurs concurrents européens. Et c’est ainsi que leur groupe d’intérêts (economiesuisse), et le conseiller fédéral J. Schneider-Ammann poussent à signer un accord bilatéral entre la Suisse et ces mêmes pays qui demandent avant tout un accès plus important pour l’exportation de leur viande de bœuf. L’USP (L’Union Suisse des Paysans) a boycotté le sommet en février en dénonçant le manque de transparence dans les négociations et craignant le démantèlement de l’agriculture suisse. Aucunes mesures de compensation ne sont prévues pour compenser la réduction de la protection douanière qu’impliquent ces accords.

En effet, cet accord de libre-échange ne se situe-t-il pas à l’opposé de la souveraineté alimentaire ? De plus en plus de critiques évoquent divers dangers : Au niveau écologique, l’augmentation de la production de soja pour le bétail européen pourrait s’avérer comme une menace majeure pour l’environnement en Amérique du Sud. Au niveau social, l’intensification de la production et de l‘exportation d’éthanol et de soja vers l’Europe risquent de favoriser l’accaparement de terres par des grands groupes et donc l’expulsion des petits paysans. Au plan économique, la souveraineté de réguler des semences et de privilégier les marchés locaux sont en jeu en raison du pouvoir croissant des multinationales. La tendance n’irait-elle pas vers une re-primarisation de l’économie latine qui se réduirait principalement à l’exportation de matières premières comme lors de l’époque coloniale ? Qu’en est-il du principe de la concurrence ou de la solidarité entre les paysan-ne-s au niveau national et international ?

2 septembre 2018 | Activités / Agriculture / Eco-logique / En mouvement / Votations | Aucun commentaire »

Rassemblement contre les violences sexistes

Mobilisons-nous en soutien aux victimes des violences sexistes survenues mercredi 8 août au matin dans les Rues Basses à Genève.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un groupe d’hommes a violemment agressé cinq femmes. Le lendemain à Genève, 250 personnes se tenaient debout en solidarité avec les victimes de cet acte pour faire bloc contre les violences sexistes. Dimanche, des rassemblements auront lieu à Bâle, Berne, Lausanne et Zürich.

Lausanne : #toutespourune (Org. JS Suisse)
Dimanche 12 août 2018 · 17h00
Place de la Palud
Lausanne

Tout a commencé par l’agression d’une femme par plusieurs hommes au sortir d’une boîte de nuit, Le Petit Palace, en Vieille Ville de Genève. Quatre autres femmes sortant du même établissement ont voulu lui porter secours avant d’être elles aussi prises à partie avec une extrême brutalité.
lire la suite »

11 août 2018 | Non classé | Aucun commentaire »

suivant »