terre

Les autorités cantonales ont présenté leur conception générale de la révision de la loi sur l’énergie. Le projet sera maintenant traité en commission, puis passera devant le Grand Conseil et éventuellement devant le peuple.

 

Des objectifs sont fixés pour 2035 : réduction de l’émission de CO2 (moins 60% alors que la motion des jeunes pour le climat demande zéro émission nette en 2030), réduction de 40% de la consommation d’énergie finale. Fixer des objectifs, ça fait bien dans le paysage, les atteindre est une autre histoire.

Le Conseil d’Etat met le paquet sur les véhicules électriques ; il veut voir des bornes de recharge à tous les coins de rue, à coup de subventions. Pourtant la voiture électrique est très contestée (son impact sur le réchauffement climatique est au mieux équivalent à 70% de celui d’une voiture à essence) et sa production est très polluante, plus qu’une voiture à essence, mais elles ne sont pas produites en Suisse. Ses batteries avec ses besoins en terres rares (dont l’extraction et le raffinage sont extrêmement toxiques) et ses problèmes non résolus de recyclage nous mettront un nouveau problème sur les bras.

En terme d’économies de combustibles, le rapport est très timide. L’Etat fera un effort pour le chauffage de ses bâtiments en énergie renouvelable. Les 8 millions par année de soutien aux propriétaires privés pour l’efficacité énergétique et la production de chaleur ne permettra pas d’aller très loin.

Rien n’est dit sur l’alimentation du fonds cantonal pour l’énergie, or les rénovations énergétiques en profondeur coûtent cher, et c’est une illusion de croire qu’on peut les financer avec la diminution des frais de chauffage et la loi fédérale est assez défavorable aux locataires. Les frais seront reportés sur les loyers.

Nous ne voulons pas que le coût de la nécessaire adaptation de notre mode de vie se fasse sur le dos des plus faibles et c’est un risque considérable.

Toute loi sur l’énergie doit indiquer qui va payer. La loi telle qu’elle se présente va augmenter encore les inégalités entre ceux qui se baladeront en grosses voitures électriques et ceux qui verront leurs loyers prendre l’ascenseur.

Au bout du compte, beaucoup d’effets d’annonce, mais aucune volonté réelle de prise en compte de l’urgence climatique réclamée par les manifestations pour le climat.

Pour atteindre les objectifs des COP, nous devons absolument privilégier les transports publics, donc aller vers leur gratuité (le rapport ne dit rien là-dessus) et isoler les bâtiments et passer à leur chauffage entièrement à partir d’énergies renouvelables.

 

Nous devons sortir de l’énergie fossile pour l’avenir de la planète. Le plus tôt sera le mieux. Le réchauffement climatique n’attend pas.

www.solidarites.ch/ne