affiche RFFA 19 mai 2019

Ada Marra, conseillère nationale socialiste, fidèle à l’appareil du parti, fait son job.

Cela donne un message qui circule intitulé : renforcer l’AVS –imposer davantage les multinationales. C’est au sujet du projet RFFA dont le but est justement d’abaisser massivement les impôts des multinationales !

 

Le contenu du message est sans intérêt mais il nous renseigne sur l’état de notre société. Si Ada Marra était venu nous dire, on a essayé de limiter les dégâts, on n’a pas pu obtenir mieux, mais si on refuse ce projet, ce sera pire (discours habituel de la social-démocratie), on aurait pu avoir une discussion rationnelle. Mais venir nous raconter que les multinationales et tout ce que le pays compte de fortunés et de propriétaires d’entreprises financent à coup de millions une campagne en faveur d’une loi qui les imposerait davantage, vous nous permettrez de rire.

Plus sérieusement, ça nous indique que désormais la pensée politique ne va pas au-delà de quelques mois, le temps d’espérer gagner une votation ou une élection, et que ce qu’on dit n’a aucune importance, ou plutôt le seul critère est de savoir si ça me permettra de gagner. La réalité et même les opinions personnelles n’ont plus aucune importance. C’est aussi l’indice que celles et ceux qui nous gouvernent ne croient plus à l’avenir, n’ont plus de projet, leur préoccupation ne dépasse guère le terme de quelques mois.

C’est avec ce personnel politique que le pays (mais les autres ne sont pas mieux) devra affronter les crises multiples qui se profilent. Ce n’est pas le travail qui va manquer pour celles et ceux qui oeuvrent à une perspective sociale féministe, démocratique et écologiste.